Cela fait quelques années que je travaille sur une partie de moi-même, ce qui fait en sorte que je me sens accompli et que ce que je fais a du sens. Je suis le genre de personne qui s’intéresse à beaucoup de choses à la fois. J’aime lire, écrire, écouter des séries télé, cuisiner, faire du sport (plusieurs!), découvrir des thés… et je n’ai pas encore effleuré tout ce qui entoure l’Agilité. Lorsque je fais le tour des infolettres auxquelles je suis abonné, je me rends bien compte qu’il y en a beaucoup trop, ce qui fait que je n’ai pas le temps de tout lire ce qui m’intéresse. Ah oui, j’oubliais presque d’ajouter le nouveau jeu que j’ai essayé avec des amis dernièrement et dont je ne peux me passer.

Il y a tant de choses à découvrir que je suis noyé dans une mer de connaissances. J’aimerais m’enfermer pendant des jours seulement pour « faire l’éponge ».

Toutefois, je suis incapable de rester un expert dans ces domaines à temps plein. Je ne suis pas en mesure non plus de mettre tous les efforts nécessaires pour dépasser le stade de passion à un niveau qui fait en sorte que j’incarne cette connaissance. J’essaie d’en faire le plus possible ici et là. J’essaie d’équilibrer le temps investi dans chacun pour ne pas perdre ce que j’ai appris. Je prends des engagements, des résolutions, pour arriver à maintenir chaque intérêt en vie.

J’ai constaté que mes champs d’intérêt sont très variés et que je suis apte à investir du temps au point de devenir très connaisseur dans une matière. J’ai passé 17 ans à m’entraîner toutes les semaines en aïkido et ma connaissance de cet art dépasse celle de la plupart des gens. Je participe depuis 8 ans à des défis d’écriture. J’ai passé des années à déguster des thés toutes les semaines, une tasse à la fois. Je suis en mesure de décrire et de comparer des thés sur plusieurs années. J’ai étudié et expérimenté l’Agilité en ouvrant un livre et en osant me mettre les mains à la pâte dans mon travail. Je passe 37,5 heures par semaine au travail à mettre mes connaissances au service de nos clients.

Il faut que je me rende à l’évidence : je ne peux pas maintenir l’équilibre.

Cet équilibre est précaire puisqu’il y a beaucoup de choses en même temps. Il y a chacun de mes champs d’intérêt, mon travail, ma vie sociale, ma famille, manger, dormir, etc. J’ai souvent entendu parler de conciliation travail-famille, ce qui nous amène à prendre soin de nous et à ne pas nous « brûler » au travail. Louable, mais j’avoue ne plus y croire. C’est un équilibre qui devient pour moi une forme d’harmonie artificielle par laquelle je tente de satisfaire différentes parties de moi plutôt que de les faire travailler ensemble.

J’ai longtemps rêvé d’une vie où je pourrais fusionner aïkido, Agilité, écriture et thés, car j’ai fini par décider que c’était ces 4 éléments qui me définissaient. J’ai passé bien des années à me dire que jamais je ne trouverais d’emploi où je pourrais tout faire ça ensemble. J’ai passé bien du temps à imaginer le genre de vie que je devrais avoir afin d’y arriver, et la seule solution qui semblait plausible était de gagner à la loterie.

Vraiment? Est-ce que je dois vraiment compter sur ça pour y parvenir? Est-ce que je dois limiter mon emploi à une seule partie de moi? Est-ce que je dois abandonner des passions auxquelles je suis attaché au détriment du développement de ma carrière, par exemple?

J’ai refusé catégoriquement.

Je me suis dit : « Il doit bien avoir un moyen de connecter tout ça ensemble. »

J’ai commencé par faire à mon travail un lien direct avec l’Agilité. Que je sois dans un environnement Agile ou non, je me suis dit que rien ne m’empêchait d’être « Agile » et d’agir avec la même intention que celle derrière les valeurs et les principes Agiles. En peu de temps, ma passion pour l’Agilité est devenue une partie intégrante de ce que je faisais durant ma semaine. Ensuite, pourquoi ne pas étendre ces principes à autre chose? Il y a bien d’autres domaines dans lesquels je peux appliquer certains outils, quelques trucs, les mêmes principes. J’ai donc fait de l’Agilité en cuisinant, en faisant le ménage, en écrivant itérativement, en lisant un livre après l’autre plutôt que cinq sur cinq sujets différents, donc à prioriser mes lectures et à limiter le multitâche.

Je me suis retrouvé en moins d’un an avec très peu de champs d’intérêt à maintenir à la fois. Non pas que je fais moins de choses, mais chaque chose que je fais sert un seul champ d’intérêt : me développer en fonction de ce que je veux accomplir.

J’ai cessé de faire ce qui n’était pas en lien avec mes valeurs. J’ai transformé ce qui m’intéressait en catalyseur d’apprentissage et j’ai continué de découvrir de nouvelles choses sans me perdre dans l’océan. J’ai commencé alors à mettre toutes mes énergies dans mon accomplissement en tant qu’une seule et unique personne et non en étant divisé entre plusieurs choses. Au lieu de prendre des années à développer des aspects de moi, j’en suis passé à être en mesure de le faire en un flux continu. C’est comme si je m’étais fait le cadeau de la livraison en continu plutôt que de livrer une fois par an (voire plus!).

Pour résumer cette réflexion, je suis passé d’une multitude de champs d’intérêt à quelques passions pour finalement arriver à servir une seule raison d’être. Donc, lorsque je trouve quelque chose qui m’intéresse, je me demande comment cela peut servir la personne que je suis et non l’inverse. J’utilise mes différentes expériences pour m’aider à comprendre encore mieux qui je suis et à me transformer, plutôt que de tenter de me définir par le biais d’une connaissance ou un intérêt précis. C’est beaucoup plus gratifiant. Je n’ai pas l’impression de perdre mon temps. J’ai un sentiment d’accomplissement beaucoup plus grand et tangible en moins de temps. Ça sonne un peu comme un discours Agile, non?

Champs d’intérêt Passions Raison d’être
  • Sont séparés pour la plupart
  • Sont pratiqués ici et là
  • Essais sont peu fructueux
  • Sont des plaisirs éphémères
  • Meurent rapidement
  • Peuvent être sacrifiés au profit d’autres champs d’intérêt
  • Aident à définir mon identité et mon appartenance à un groupe
  • Demandent plus de temps
  • Retombent à des champs d’intérêt lorsque peu pratiquées
  • Entrent en collision entre elles et surtout avec les champs d’intérêt
  • Aident à définir la personnalité, à se catégoriser
  • Restent en mémoire très longtemps
  • Nous imposent la décision de mettre certaines choses de côté
  • Chaque activité pratiquée sert à soutenir un but

J’en suis venu à me dire que je travaille avec une entreprise et non pas pour une entreprise parce que c’est un partenariat qui me permet de grandir et en même temps de faire grandir celle-ci. Nos valeurs deviennent complémentaires, et chacun n’a pas besoin d’adopter celles de l’autre. J’y vois ici une relation beaucoup plus saine. Je suis Dave à temps plein et non pas uniquement pour certains talents précis.

Pour en revenir à l’équilibre entre ma vie personnelle et mon travail, je dirais qu’il n’y a que la vie. Je ne pense pas que devoir scinder mon énergie et mon temps pour maintenir plusieurs parties de moi individuellement est une bonne façon d’honorer la personne que je suis.

Je vous invite donc à vous poser quelques questions :

  • Comment est-ce que votre travail ou projet est à votre service?
  • Est-ce que cette activité est en lien avec ce qui vous motive dans la vie?
  • Pourquoi attendre le bon moment (la retraite?) pour commencer à aimer tout ce que vous faites?
  • Est-ce qu’il y a une différence entre les valeurs que vous appliquez au travail et celles que vous appliquez partout ailleurs?

Et puis le thé dans tout ça? C’est simple! C’est un prétexte pour avoir de fantastiques conversations sur n’importe quel sujet qui compose la vaste étendue de nos connaissances combinées.

Billet précédent

Estimation initiale d'un projet Agile – vidéo du webinaire

Billet suivant

La vélocité, une mesure fausse!

dave jacques

Dave a la certitude que l'Agilité peut aider les gens à s'améliorer et à améliorer leur travail. Il a à cœur la satisfaction de ses clients et il a toujours le souci d'ajouter de la valeur. Il porte une attention particulière tant au savoir-faire qu'au savoir-être. De plus, il contribue au développement de ces deux facettes.

Formateur, Scrum Master (PSM 1, CSM), coach, leader, analyste, développeur, Dave porte plusieurs chapeaux, souvent en même temps, lors de ses interventions en développement de système. En plus de l'Agilité, il est un amant du thé, de l'écriture et de l'aïkido.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *