Je ne vous apprendrai certainement rien en vous rabâchant que nous faisons aujourd’hui face à des défis de plus en plus complexes… Le besoin de connaissances et compétences pointues tant dans les domaines professionnels que techniques est critique pour nombre d’organisations, et les enjeux reposent sur les capacités de chacun.

Les exigences des entreprises envers leurs employés sont donc à la fois fortes et pesantes, et devant une telle complexité, leurs intentions et communications à l’égard des gens s’en voient abîmées ou dégradées. Les experts, les professionnels sont indispensables et désirés. Mais que cherche-t-on réellement par ces profils?

Lors de mon récent cours de formation avec Scrum.org, de riches échanges ont fait ressortir la nécessité chez les participants de considérer avec intention ce vers quoi nous devons mener le monde du développement logiciel, et comment chacun y contribue. En voici donc un extrait qui, je l’espère, vous fera tout autant réfléchir que je l’ai fait au cours des derniers jours!

Quelle différence?

L’expert

Si l’on se réfère à Wikipédia, « l’expert n’est pas simplement celui qui sait, sur un champ délimité de savoir. Son expérience reconnue lui permet d’apporter une réponse argumentée à une demande d’expertise. Il faut le différencier du savant et aussi du spécialiste. »

Aujourd’hui, on constate souvent que, dans les grandes organisations, lorsque certaines équipes sont confrontées directement à des problématiques ou facteurs inconnus, l’expert est appelé à la rescousse.

Malheureusement, il arrive très souvent que cette personne ne soit pas impliquée dans la réalité du projet et qu’elle ne transmette que peu de connaissances ou ne donne que peu de conseils aux membres de l’équipe qui sont pour leur part réellement impliqués dans le développement. Le fait de dépendre ponctuellement d’experts donne des communications dont la teneur est discutable, des initiatives sans grande conviction et une capacité limitée d’auto-organisation.

Attention, je ne dis pas que les experts ne sont pas capables ni qu’il faut absolument éviter de faire appel à eux! Cependant, leur savoir et la reconnaissance que les pairs ont envers eux ne suffisent pas. En l’occurrence, un titre, des certifications, des participations superflues ne subviennent pas au pragmatisme, à des valeurs humaines fortes et au développement à la fois personnel et professionnel de nos collègues. Ne nous reposons pas sur des acquis fragiles, investissons plutôt dans nos équipes!

Le professionnel

À mon regret, pendant l’écriture de ce billet et la recherche de références, je me suis aperçu que la définition de professionnalisme, toujours sur Wikipédia, n’est pas bien étoffée. Serait-ce mauvais signe?

Si, selon cette définition, un professionnel dispose aussi d’une certaine expérience, son engagement marqué à l’égard d’un groupe, de la société et de ses attentes est particulièrement remarqué et appréciable.

Connaissez-vous les professionnels qui travaillent avec vous? Considérez-vous en être un vous-même? Quels sont les traits, les valeurs et les forces d’un professionnel? De quelles qualités peut-il avoir besoin face à un expert reconnu du même milieu?

Votre défi

Je vous invite à faire l’exercice de réflexion suivant avec vos collègues et à nous partager votre expérience dans les commentaires :

  • Visionnez la vidéo suivante avec votre équipe :

  • Demandez aux participants s’ils sont des experts ou non.
  • Puis, demandez-leur de se décrire avec quelques qualificatifs et qualités.
  • Que le terme « professionnel » ait été exprimé ou non, demandez-leur alors quelles qualités se rapportent à cette fonction.
  • Si le temps le permet (30 minutes environ), réalisez ensemble la mission exigée à l’expert dans la vidéo, et ce, pour voir comment ces qualités soutiennent le professionnel plutôt que l’expert :
    • Tracez sept lignes rouges toutes perpendiculaires.
    • Tracez certaines de ces lignes à l’aide d’encre verte, d’autres avec de l’encre rouge et d’autres avec de l’encre transparente.
    • Une de ces lignes doit être en forme de chaton.
  • Visionnez enfin une des solutions créatives à ce défi!

Pour résumer

L’expertise seule sert l’organisation de façon limitée et subvient à l’expert lui-même la plupart du temps. Qui plus est, l’aboutissement du travail produit par cette personne est particulièrement peu perçu, peu exploité.

Afin de servir notre profession, d’aider nos pairs et de développer notre potentiel, et ce, quel que soit notre « bord » ou notre ancienneté, nous devrions tous nous affirmer et agir comme des professionnels.

Voyez-vous quels sont les liens avec les principes et valeurs de l’Agilité? Je vous invite à poursuivre cette réflexion et, comme à l’habitude, de nous faire part de vos expériences et commentaires. Nous serons ravis d’échanger avec vous!

Billet précédent

Marketing Agile

Billet suivant

« Dailies » rabougris? 5 trucs pour des mêlées réussies!

pyxis

Pyxis est présente en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Nos conseillers Agiles vous aident à concrétiser réellement les avantages de l’Agilité : accroître la fréquence des livraisons et la vélocité des équipes; collaborer avec les clients en s’alignant sur leurs besoins; maîtriser les risques et les changements en cours de livraison et encourager la concentration, la rigueur et l’énergie au sein des équipes. Communiquez avec nos coaches, formateurs, Scrum Masters et développeurs pour en apprendre davantage sur nous.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *