Il y a quelques mois, j’ai donné le cours Management 3.0 à un groupe chez un de mes clients où je fournis des services-conseils. Le groupe était composé de chefs d’équipe, de directeurs et de directeurs généraux. Quelques semaines plus tard, alors que j’étais ce client, j’ai croisé certaines personnes de ce groupe. Mon côté formateur et mon côté coach prenant le dessus, j’ai décidé de leur demander si elles avaient commencé à mettre en pratique ce qu’elles ont appris pendant le cours.

J’ai su que les directeurs présents au cours s’efforçaient de mieux déléguer et essayaient de mieux comprendre les points de vue de leurs employés. Cependant, j’ai été surpris par la réponse d’une personne qui joue plus un rôle de membre d’équipe : « Tu sais, le cours était bien intéressant, mais je ne vois pas vraiment comment cela s’applique à moi puisque je ne suis même pas gestionnaire. »

Une fois ma surprise passée, j’ai souri et je lui ai répondu : « Vraiment? Parlons-en! »

Laissez-moi vous parler de notre conversation.

À lire aussi : Management 3.0 et autonomisation des équipes

Poker de délégation… de bas en haut

Un des premiers sujets dont nous avons parlé, c’est le jeu de poker de délégation (pour plus de détails).

Imaginez le scénario suivant : vous êtes un employé dans une entreprise et votre patron vous demande de faire quelque chose.

Connaissez-vous le pouvoir décisionnel dont vous disposez réellement? Savez-vous jusqu’à quel point votre gestionnaire souhaite être impliqué dans les décisions à prendre? Peut-être vous a-t-il délégué cette tâche, mais de quel type de délégation s’agit-il réellement?

Revoyons rapidement les sept niveaux de délégation et voyons comment nous pouvons les appliquer à la situation.

  1. DIRE : Le gestionnaire impose sa décision à l’équipe.
  2. VENDRE : Le gestionnaire prend une décision et vend l’idée à l’équipe.
  3. CONSULTER : Le gestionnaire consulte l’équipe, mais il prend la décision.
  4. SE METTRE D’ACCORD : Le gestionnaire et l’équipe prennent une décision ensemble.
  5. CONSEILLER : Le gestionnaire fait partie des discussions et donne son avis, mais l’équipe prend la décision.
  6. SE RENSEIGNER : Une fois la décision prise par l’équipe, le gestionnaire se renseigne sur celle-ci.
  7. DÉLÉGUER : L’équipe prend la décision et la vie continue.

delegation_poker

À ce point-ci, si votre gestionnaire vous a délégué une tâche, je pense qu’on peut supposer que le niveau de délégation est au moins le trois (consulter); c’est-à-dire que vous réalisez la tâche et vous consultez votre gestionnaire s’il y a des décisions à prendre. Ce dernier prend la décision en fonction de l’information dont vous lui faites part.

Il pourrait aussi s’agir du niveau 4 (se mettre d’accord). Dans ce cas-ci, vous réalisez la tâche. Cependant, votre gestionnaire et vous prenez ensemble toutes les décisions devant être prises. En fait, ce pourrait tout aussi bien être n’importe quel des cinq autres niveaux. À titre d’employé, en quoi le niveau de délégation des tâches ou des décisions serait-il différent si vous aviez cette clarté?

Maintenant, ce qui est intéressant, c’est la façon d’aborder le sujet avec votre gestionnaire. Si celui-ci a suivi le cours « Management 3.0 », ça facilite les choses. Vous pouvez tout simplement amorcer la conversation en demandant : « De quel niveau de délégation s’agit-il? » Toutefois, que faire si votre gestionnaire ne connaît pas les sept niveaux de délégation?

Une approche assez simple serait d’aller le voir et de lui demander : « Pouvons-nous essayer quelque chose de nouveau parce que j’aimerais avoir quelques précisions? » Puis, vous sortez les cartes de poker de délégation, vous lui expliquez le concept et vous vous engagez dans une conversation avec lui.

Je donne cet exemple dans le contexte des employés du niveau hiérarchique le plus bas. Cependant, cette façon d’aborder le sujet avec votre patron peut également s’appliquer aux gestionnaires. Imaginez un instant que vous avez assisté au cours, mais ne savez pas comment utiliser le poker de délégation avec vos employés. Vous pourriez décider de vous exercer en l’utilisant d’abord avec votre patron. Ainsi, vous expérimenteriez comment ça se passe quand on se trouve de l’autre côté de la conversation.

« Moving Motivators »… de bas en haut

Le deuxième sujet que nous avons couvert elle et moi, c’est le jeu « Moving Motivators ». À titre d’employé, comment pouvez-vous utiliser cet outil avec un niveau hiérarchique supérieur? Supposons qu’il y a une restructuration dans l’entreprise où vous êtes à l’emploi ou que vous avez commencé une transformation Agile il y a quelques mois et que vous aimeriez parler de l’impact de ce changement avec votre gestionnaire.

Le jeu sur les facteurs intrinsèques de motivation offre un cadre intéressant pour avoir une conversation plus profonde avec votre supérieur. Ce jeu vous permet de parler à partir de vos besoins intrinsèques personnels. Il permet aussi à votre gestionnaire de mieux comprendre ce qui vous motive.

Le défi de ce jeu, c’est de trouver le bon moment et le bon endroit où avoir cette conversation avec votre supérieur. Si, chaque semaine, vous avez une rencontre (ou deux) de 30 minutes, et que celle-ci passe à la vitesse de l’éclair et que tous les deux êtes toujours à la course, croyez-moi ce n’est pas le cadre idéal.

Managment30_MovingMotivators_SelfPrintA4

Afin de vous préparer pour cette rencontre, prenez le temps de jouer au jeu par vous-même, soit à la maison ou dans un endroit tranquille. Prenez le temps de réfléchir à ce que les cartes vous dévoilent. Pour vous, quelles sont les motivations intrinsèques les plus importantes? Comment ces besoins ont-ils été assouvis (ou non) au cours des derniers mois ? Quel a été le déclencheur du changement?

Ensuite, préparez le terrain et conviez votre gestionnaire à une rencontre de durée plutôt longue (si possible, à un autre moment que celui où vous vous rencontrez habituellement pour indiquer qu’il s’agit d’une réunion différente). En début de réunion, faites-lui savoir que vous voulez essayer un jeu pour alimenter et guider la discussion afin que la rencontre soit plus productive.

Il existe d’autres façons de se préparer. En général, je dis aux participants de parler à leurs employés du jeu « Moving Motivators » à l’avance afin qu’ils soient plus ouverts à son utilisation afin d’avoir un type différent de conversation. Je donne le même conseil à un employé qui veut utiliser ce jeu avec son supérieur. Vous pouvez lui parler du jeu et lui montrer les cartes avant d’organiser une réunion avec lui. Ceci démystifie le jeu et le rend moins menaçant.

Conclusion

Finalement, ma conversation avec l’ancienne participante a été agréable et productive. Celle-ci a eu droit à un regard nouveau sur les outils de Management 3.0. J’espère que notre discussion lui aura permis de trouver des façons d’utiliser les outils couverts pendant le cours. Je lui ai dit ce-jour-là que j’écrirais un billet de blogue dont le sujet serait notre conversation. Alors, le voici comme je l’avais promis!

À titre de facilitateur de Management 3.0, je crée un lieu sûr où les participants peuvent explorer leur rôle de gestionnaire dans leur organisation respective et y réfléchir librement. Les participants peuvent aussi réfléchir à leur style de leadership personnel et faire l’expérience d’un changement de perspectives quant au leadership.

Je ne fais pas qu’enseigner les différents outils de Management 3.0 pendant le cours. J’en utilise également plusieurs lorsque je travaille avec mes propres clients. Plus j’utilise ces outils, plus je réalise que leur utilisation permet de mieux encadrer les discussions entre la direction et les employés, et ce, de manière utile et constructive. Bien que les conversations obtenues grâce à ces outils soient plus constructives et significatives, il est important de se rappeler qu’elles doivent être maintenues et qu’elles ne sont jamais vraiment finies.

Joignez-vous à nous pour suivre la formation Management 3.0 soit à Montréal, Ottawa ou Québec.

Billet précédent

La réalité virtuelle s’invite à un match de foot!

Billet suivant

Pyxis à la recherche de projets qui ont un impact social!

steffan surdek

Steffan est un coach Agile. Il est également en charge du bureau de Pyxis Cultures.
Les clients sont au centre de son approche et il partage son expertise avec eux. Il a à cœur leurs équipes et leurs résultats. Il travaille avec eux afin de trouver les solutions Agiles qui répondent à leurs besoins d’affaires.

Contactez le pour voir comment il peut vous aider.

1 Commentaire

  1. dre.dumont@gmail.com'
    11/07/2016 at 10:15 — Répondre

    Très intéressant !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *