Qu’est-ce que le bon sens ? Correctement défini, le bon sens est une idée (ou croyance) commune utilisée au sein d’un groupe qui partage les mêmes croyances et valeurs ou des croyances et valeurs similaires. C’est d’ailleurs une bonne façon d’identifier des groupes qui se réunissent et s’unissent pour former un front commun. Toutefois, beaucoup de gens utilisent l’expression « bon sens » de façon désobligeante en exprimant leur perspective sans égard pour les capacités émotionnelles et cognitives, la compréhension, les valeurs culturelles ou la structure sociale des autres. S’attendre à ce que nous partagions globalement la même perspective est une conception erronée.

En affirmant une telle chose, les gens présument qu’il y a un point commun universel ou une compréhension partagée de leur propre perspective ; ce n’est très souvent pas le cas et cela cause fréquemment beaucoup de confusion et de frustration. Notre façon de voir les choses en tant qu’individus peut varier sur tellement d’aspects.

Pour utiliser le « bon sens », nous aurions besoin d’être entourés de gens qui :

  • ont accès à la même gamme d’émotions que nous ;
  • font les choses avec la même compréhension et les mêmes habitudes ;
  • ont les mêmes croyances et valeurs culturelles ;
  • partagent un système ou une structure sociale similaire.

Le bon sens est très utile lorsqu’une personne ou un groupe tente de définir une identité très restreinte sur tous les fronts : émotionnel, relationnel, cognitif et environnemental. Les gens qui souhaitent définir et exprimer leurs croyances, comme Greenpeace par exemple, trouveront une utilité pour le bon sens afin de regrouper, unir, définir et propulser leurs croyances dans le monde. Nous devons être conscients en tant que groupe que cela identifie seulement un groupe de gens en particulier, pas l’entièreté de la civilisation. C’est pourquoi les gens qui voyagent beaucoup et découvrent différentes cultures et civilisations ont tendance à ne pas utiliser l’expression « bon sens » parce qu’ils comprennent que cela ne s’applique jamais vraiment.

Également, nous devons considérer que le bon sens est constamment en train de changer sur une base individuelle. Tout comme les perspectives, émotions, relations, capacités cognitives et systèmes de croyances des gens changent, leur définition du bon sens change également. C’est pourquoi nous voyons de nombreuses personnes passer d’un groupe à l’autre, d’une organisation à l’autre, d’une identité sociale à l’autre et d’un système de croyances à l’autre.

Lorsque nous exprimons notre point de vue aux autres, nous devrions utiliser le terme « compréhension commune », qui implique une compréhension partagée par deux personnes ou plus. Il y a un échange verbal d’idées et de perspectives pour arriver à une compréhension commune. Cet échange et cette compréhension sont absents du « bon sens ».

Peut-être que le bon sens universel est quelque chose que nous devrions chercher à atteindre. Cela ne signifierait-il pas que nous avons atteint et défini une vérité universelle ? Je crois que c’est un objectif très noble, mais pour l’instant, nous sommes plutôt loin d’atteindre un tel état. Alors, pour le moment, soyez attentifs à l’usage que vous faites du « bon sens », il pourrait ne pas être aussi « bon » que vous le pensez…

Billet précédent

Les 5 compétences fondamentales d’une équipe — Optimisez la vôtre !

Billet suivant

Vous avez dit DevOps ?

marc-andré langlais

Marc-André est un coach Agile de Epicoaching, membre du réseau de Pyxis. Il aide à bâtir des équipes auto-organisées qui évoluent dans un climat relationnel stimulant. Contactez-le pour voir comment il peut contribuer au succès de vos équipes.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *