Agile

Ce terme est plus à la mode aujourd’hui que jamais. Partout nous retrouvons des slogans publicitaires qui prônent une manière de faire plus Agile. (J’ai vu dernièrement que même ma banque est Agile !)

Les sociétés ont compris que, pour survivre dans ce monde, il est nécessaire d’être Agile, de pouvoir s’adapter afin de mieux appréhender son environnement. Et l’Agilité, c’est bien cela : être capable d’accueillir l’évolution et l’adaptation.

Le mouvement « Doing Agile VS. Being Agile » a vu le jour il y a plusieurs années déjà. Est-ce un phénomène de mode ? Pourquoi ce mouvement apparaît maintenant alors que l’Agilité, comme nous la connaissons, a été établie en 2001 dans le manifeste Agile ?

Je vous propose de revenir sur ces dernières années et de vous partager ma façon de voir les choses.

Ma vision

Mon constat est qu’une grande partie des Agilistes a depuis quelques années atteint un nouveau niveau de maturité en matière d’Agilité. Dans les années 2000, je me souviens que les sociétés de consulting « vendaient » Scrum à tout-va sans vraiment expliquer ce qui se cachait réellement derrière les méthodes Agiles (et j’en faisais partie). Je ne blâme personne. Il est difficile d’intégrer un nouvel état d’esprit sans y avoir baigné (à la différence des signataires du manifeste). Il a donc fallu de nombreuses années pour que, à force de pratique et d’expériences, nous comprenions que l’Agilité est bien plus qu’un framework.

shutterstock_249616468J’aime prendre l’image de l’iceberg : 90 % du volume de l’iceberg se trouve sous l’eau ; seuls 10 % sont visibles.

Lors du démarrage de votre transition, dans votre petite barque (avec les requins autour qui vous attendent pour vous rappeler que l’Agilité, ça ne marche pas chez vous), c’est le haut de l’iceberg que vous voyez. Ce sont les pratiques. Vous y accostez, vous faites le tour de ce nouveau territoire. Vous jouez et testez. Puis, vous découvrez progressivement tout un monde sous vos pieds. Néanmoins, la manière la plus simple d’aborder l’Agilité lors d’une transition reste les pratiques.

Je souhaite faire ici un parallèle avec un exemple personnel : lorsque j’ai commencé la méditation, j’ai commencé très simplement, assis sur un coussin en attendant que la magie opère. Tout comme la compréhension de Scrum, comprendre la pratique de la méditation est aisé, mais sa mise en place est bien plus complexe. Il ne suffit pas d’adopter la bonne position pour devenir un maître Bouddha. Au fil du temps, en pratiquant, en échangeant avec d’autres pratiquants, en lisant, j’ai commencé à percevoir ce moment de sérénité. J’ai réussi à intégrer un peu plus les valeurs sous-jacentes.

Le modèle Shuhari

Pour expliquer cela lors de mes interventions, je m’appuie sur le modèle Shuhari qui a pour origine l’aïkido. Ce concept définit trois étapes d’apprentissage pour passer de débutant à maître dans une discipline.

Voici un bref descriptif de chacune des étapes (selon Wikipédia) :

  • Shu (守:しゅ, « protéger », « obéir ») — sagesse traditionnelle — apprendre les éléments fondamentaux ;
  • Ha (破:は, « se détacher », « digresser ») — casser avec la tradition — trouver les exceptions à la sagesse traditionnelle, trouver de nouvelles approches ;
  • Ri (離:り, « quitter », « se séparer ») — transcender — il n’y a pas de technique ou de sagesse traditionnelle, tous les mouvements sont permis.

Nous commençons donc notre apprentissage au niveau Shu en appliquant les règles. Une fois assimilées, nous pouvons les casser et trouver de nouvelles approches plus en lien avec notre contexte. Ce dernier point est très important. Le contexte doit toujours rester en ligne de mire dans vos démarches. Une solution qui a bien fonctionné dans une équipe pourrait ne pas fonctionner dans une autre. Soyez toujours conscient de votre environnement. Pour terminer, nous devenons les règles et accédons à un état d’esprit Agile. Dès ce moment, votre système de pensée est disposé à intégrer les valeurs et principes Agiles. Dès lors, lorsque vous cherchez une solution à un problème, vous la trouvez en accord avec le Manifeste.

Être Agile

J’applique le modèle Shuhari à mes transitions Agiles ainsi qu’à de nombreuses activités de ma vie quotidienne. Par celui-ci, je cherche à rendre visible la situation actuelle. Par exemple, prendre conscience de mon niveau en cuisine me permet de définir mes objectifs pour atteindre le niveau suivant. Nous parlons très souvent de processus empirique et c’est, à mon sens, la manière la plus adéquate pour développer son esprit Agile.

Est-ce qu’une équipe de développement qui applique les règles de Scrum à la lettre est une équipe Agile ? Peut-être ou peut-être pas. L’Agilité ne se définit pas par un ensemble de pratiques, mais plutôt par un état d’esprit que l’on cultive.

Qu’est-ce que c’est « être Agile » ? C’est avant tout faire preuve de bon sens. C’est d’avoir compris ce qu’est le Manifeste et les valeurs et principes qu’il comporte, mais surtout de les vivre. C’est de mettre l’humain au premier plan. C’est se responsabiliser. J’aime voir l’Agilité plus comme un véhicule que comme une destination. Vous ne pourrez jamais dire « Voilà, j’ai fait le tour de l’Agilité ». C’est une constante remise en question qui vous permettra de vous adapter et d’accompagner le mouvement que vous avez vous-même suscité.

Donc, si vous vous êtes dit dernièrement au réveil : « Ah, je suis Agile » ou « Ah, mon organisation est Agile », asseyez-vous et prenez le temps de répondre à ces quelques questions :

  • Est-ce que l’humain est au centre de mes activités ?
  • Est-ce que nous nous remettons continuellement en question pour nous améliorer et évoluer ?
  • Est-ce que nous livrons de la qualité et le client est-il satisfait (obtient-il ce qu’il souhaite vraiment ?) ?

Nous pouvons toujours évoluer. Alors, remontez dans votre « Agile mobile » et profitez de votre voyage !

 

 

Billet précédent

Un diagnostic Agile, ça sert à quoi ?

Billet suivant

Pyxis /studio fier d’avoir participé au développement de la « startup » Adèle sur demande !

David Preti

Développeur à la base, David se passionne dès 2004 pour tout ce qui touche à l’amélioration continue et aux approches Agiles. Il sait guider différentes équipes dans leur recherche de livraison de valeur.

Aujourd’hui, en tant que coach Agile certifié et agent du changement, il souhaite accompagner des individus, des équipes et des organisations dans leur transition. Il est persuadé que les humains sont la plus grande richesse de nos sociétés et il soutient le changement en y intégrant ce postulat. En tant que converti à Management 3.0, il utilise les outils proposés comme catalyseur de la transformation.

Pour terminer, David prend beaucoup de plaisir à partager son expérience et ses connaissances sur l’Agilité dans le cadre de formations et de présentations.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *