Forbes-Logo-pubdigitaleDepuis l’automne 2016, notre collègue Steffan Surdek s’est joint à l’équipe d’auteurs du prestigieux blogue de Forbes. Steffan y écrit régulièrement des billets sur un sujet qui le passionne, le leadership. Lisez le premier de la série…

 

Au cours des quelques dernières années passées à travailler avec des clients, il m’est apparu évident que de nombreux leaders ont de la difficulté à co-créer avec leurs équipes.

Selon un sondage annuel de Gallup, plus de 70% des travailleurs américains sont désengagés. C’est à la fois triste et scandaleux, mais ça en dit aussi beaucoup à propos des équipes de gestion que nous retrouvons dans les organisations et du leadership qu’elles apportent.

Dans cet article, je vais vous dévoiler certaines des idées qui sont centrales au leadership co-créatif. Pour mes mandats de consultation et de formation, c’est le style de leadership que je présente à mes clients.

Le cycle qui se perpétue

Dans plusieurs organisations, il y a un cycle qui semble se nourrir et vivre par lui-même. Les leaders confondent être forts, arrogants et directifs avec « avoir du leadership », mais en faisant cela, ils étouffent ceux qui deviendraient les leaders du futur.

En fait, leur style de leadership crée autour d’eux de la conformité plutôt que l’engagement des employés. Je vois de nombreuses équipes (et gestionnaires) qui n’osent pas ou ne veulent pas avoir des initiatives parce qu’ils ont peur que leur patron passe outre ou les réprimande. À la place, ils préfèrent faire exactement ce qu’on leur dit afin d’éviter les ennuis.

Ce qui est triste, c’est que les leaders ne réalisent même pas qu’ils créent eux-mêmes cette culture. Souvent, ils répètent simplement les modèles de leadership qu’ils ont appris de leurs patrons, qui les ont eux-mêmes tirés des patrons qu’ils ont eus, lorsqu’ils ont débuté dans l’entreprise.

Le cycle a commencé il y a longtemps et se perpétue de leader en leader, de génération en génération. Les gens y sont tellement habitués que personne ne voit ce qui se passe, et personne ne se donne plus la peine de remettre le modèle en question.

Qu’est-ce que le leadership co-créatif?

Dans le milieu de travail, les leaders ont de plus en plus affaire à une génération d’employés qui ont besoin de savoir pourquoi ils font quelque chose. Cette génération a aussi besoin d’être capable d’exprimer ses idées et d’être entendue. Cela entre en conflit avec les leaders pour qui la hiérarchie est importante, ou pour ceux qui se prennent pour dieu et croient qu’ils ont les réponses parfaites pour tout. De nombreux leaders d’expérience au sein d’organisations sont d’une autre génération que les milléniaux qu’ils dirigent et ne comprennent pas quoi faire pour satisfaire les besoins de cette jeune génération. Parfois, lors de conversations avec ces leaders, je me rappelle le film « Une équipe hors du commun », durant lequel un entraîneur de baseball exaspéré dit à son équipe : « mais on ne pleure pas au baseball! »

Le leadership co-créatif, c’est mettre de l’avant un style de leadership qui permet à toutes les voix et toutes les perspectives d’être entendues. Ce n’est pas une nouvelle façon d’agir, mais une nouvelle façon d’être.

Les leaders co-créatifs sont intentionnels dans leurs conversations tout comme dans leurs actions. Ils comprennent qu’apprendre à collaborer en groupe prend souvent du temps, et ils passent à travers cette courbe d’apprentissage avec leurs employés.

Les leaders co-créatifs travaillent afin de trouver des solutions avec leurs équipes tout en prenant aussi activement part à la conversation. Ce n’est pas important s’ils parlent en premier ou en dernier, puisqu’ils sont une voix parmi tant d’autres. Ils aident leur équipe à converger vers la meilleure solution, même si ce n’est pas leur propre idée.

Alors pourquoi la co-création est-elle si difficile?

On ne nous enseigne pas la collaboration à l’école. En fait, il y a de nombreuses compétences relationnelles que nous n’apprenons pas jusqu’à ce que nous soyons en milieu de travail. Plusieurs d’entre nous sont également très logiques et rationnels et le côté humain — vous savez, comme faire aux émotions et sentiments des gens —ne leur vient pas naturellement.

Parfois, nos peurs nous retiennent. Nous évitons d’avoir certaines conversations parce que nous nous sentons mal équipés pour les avoir, ou nous ressentons le besoin d’éviter certaines situations qui rendraient n’importe qui inconfortable. Qu’est-ce qui serait différent si nous nous faisions un peu plus confiance, faisions face à nos peurs et aux croyances qui nous limitent et faisions les choses différemment?

D’autres fois, nous évoluons dans des cultures qui carburent aux résultats et nous nous trouvons pris dans une dynamique qui consiste à perpétuellement éteindre des feux. Nous oublions alors l’importance de prendre le temps d’apprendre à jouer en équipe. Nous oublions qu’être une équipe n’est pas aussi simple que de mettre des gens ensemble dans une pièce. Qu’est-ce qui pourrait être différent si ces gens prenaient vraiment le temps d’écouter ce qui est dit pour construire à partir de ça?

Dans tous ces cas, ma suggestion aux leaders est de simplement oser essayer quelque chose de différent. Mieux encore, ayez le courage de dire à vos employés que vous essayez quelque chose de nouveau et que vous serez probablement maladroit; que vous ferez des erreurs et avez besoin de leur soutien ! La vulnérabilité crée de l’espace pour les erreurs et invite la compassion et le soutien des autres.

Conclusion

Le leadership co-créatif est un état d’esprit à adopter. Il s’agit d’exploiter la puissance intellectuelle et les connaissances des gens autour de vous afin de créer des équipes fortement motivées et engagées.

Il s’agit aussi de susciter l’engagement des gens en ce qui concerne le changement que vous cherchez à créer. Quelle est la perspective de vos employés? Quelles idées ont-ils pour soutenir ce changement? Comment pensent-ils pouvoir contribuer à tout cela?

Qu’est-ce qui pourrait être différent dans votre organisation si vous preniez le temps de construire des équipes collaboratives plutôt que d’être pris dans la boucle perpétuelle de livraison de résultats?

Billet précédent

Les OKRs pour favoriser l’engagement

Billet suivant

L’Agilité, c’est pas assez!

steffan surdek

Steffan est un coach Agile. Il est également en charge du bureau de Pyxis Ottawa.
Les clients sont au centre de son approche et il partage son expertise avec eux. Il a à cœur leurs équipes et leurs résultats. Il travaille avec eux afin de trouver les solutions Agiles qui répondent à leurs besoins d’affaires.

Contactez le pour voir comment il peut vous aider.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *