Pour ce 8e épisode, nous avons le plaisir d’échanger avec Marianne Masson-Delcombel.

Marianne est la fondatrice de l’école Agile 66 à Perpignan. Une école innovante démocratique basée sur les principes de l’Agilité. Dans cette école, l’éducation et les apprentissages sont auto-dirigé-s afin de permettre aux enfants d’avancer selon leur rythme et de choisir ce qu’ils veulent apprendre et la manière dont ils veulent apprendre.

Quels sont les grands principes sur lequel repose cette école ? Comment l’Agilité est-elle intégrée ? Qu’apporte -t-elle au quotidien ? Quel est l’impact et la valeur de ce modèle d’école pour les enfants ?Quels rêves pour l’école de demain ?

Nous avons discuté de tout cela, et aussi de confiance, de transparence, de facilitation plutôt que d’enseignement, de rapport au temps différent et de plaisir d’apprendre.
Un échange passionnant et très inspirant sur l’utilisation de l’Agilité à la fois dans l’opérationnalisation de l’école et sa gouvernance, mais aussi dans l’organisation des apprentissages des enfants et la vie en communauté !

Ressources liées à l’épisode

Contactez-nous !

pyxis-suisse.ch (membre du réseau Pyxis)

Formulaire de contact (https://pyxis-suisse.ch/#contact)

LinkedIn (https://www.linkedin.com/company/pyxis-suisse-sa)

Carole Aubert Gibot

Billet précédent

#7 - Alain Buzzacaro - discussions autour de l'entreprise apprenante

Billet suivant

This is the most recent story.

1 Commentaire

  1. gladys@docourt.ch'
    Gladys Winkler Docourt
    27/12/2021 at 07:08 — Répondre

    J’ai écouté le podcast sur l’école 66 et je l’ai trouvé très intéressant et inspirant. J’ai partagé le lien.
    Si je compare ce que dit Marianne avec ce que vivent mes enfants dans l’école publique “traditionnelle”, je constate le décalage entre les objectifs de l’école qui devrait former des citoyens éclairés, autonomes, capables de faire preuve de recul et de sens critique et la posture de l’enseignant, pas franchement facilitateur, qui sanctionne un encadré rouge qui aurait dû être gris et n’incite pas à faire preuve d’esprit critique. La méthode de résolution des conflits me semble intéressante aussi.
    Comment faire pour diffuser cet état d’esprit au sein de l’école publique, et ne pas réserver ces méthodes pédagogiques à un petit nombre d’élèves ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.